“La société providence”, Actualités sociales hebdomadaires, n° 2857, 25 avril 2014

La société providence

 

Julien Damon

Professeur associé à Sciences Po

www.eclairs.fr

Dernier ouvrage : Petit traité de culture économique (PUF)

 

La « Big Society » (que l’on ne saurait valablement traduire littéralement par « Grosse Société ») est le terme qui désigne la vision d’ensemble du Premier ministre britannique David Cameron. L’Institut de l’Entreprise vient de produire un remarquable travail sur cette expression. Elle figurait au cœur du discours politique conservateur pendant la campagne électorale de 2010. C’est le vocabulaire stratégique qui préside à la coalition arrivée au pouvoir et dirigée par David Cameron. En français nous parlerions, plus classiquement, de société civile voire, pour faire neuf et plus incisif, de société providence. Il s’agit, fondamentalement de valoriser et responsabiliser les individus, les familles, les communautés. Il s’agit aussi de se libérer des carcans d’un État jugé trop présent. Le symétrique le plus immédiat de la Big Society est le petit État.

 

Le Royaume-Uni, face à la crise, s’est lancé dans une grande cure d’austérité. Et, parallèlement, dans un grand mouvement de valorisation de ce qui n’est pas l’État, c’est-à-dire la société. L’ambition n’est pas tant de réduire la taille de l’État que de réduire le besoin d’État. La révolution silencieuse s’est opérée outre-Manche, avec des succès variés, dans les trois domaines de l’autonomie scolaire, du financement à la performance du secteur social, de la décentralisation vers les individus et les communautés. L’idée essentielle – si l’on doit en souligner une – est de donner vraiment le pouvoir et les budgets aux gens. Pourquoi ? Pour remédier aux défauts que gauche et droite n’ont pas su corriger. Le constat est celui d’une gauche qui n’a pas permis d’éradiquer la pauvreté et d’une droite qui n’a pas vraiment permis la prospérité. Par ailleurs, et peut-être plus fondamentalement, tout le monde réclame désormais un traitement individualisé, ce que ne peut pas produire un Etat trop centralisé. D’où le principe premier de libérer les gens, de leur transférer effectivement les budgets de manière à ce qu’ils innovent et contrôlent eux-mêmes.

 

Au-delà de la rhétorique, les résultats concrets de la « Big Society » sont discutés. Même ses promoteurs estiment que la vision s’est perdue. Et ses critiques n’y voient qu’une nouvelle manœuvre libérale pour férocement réduire les pouvoirs publics. Certes la « Big Society » n’a certainement pas délivré les gens de l’État ni l’Angleterre de tous ses maux, mais elle constitue un réservoir d’idées et d’expérimentations. Bien plus qu’un gadget de communicants, il s’agit d’un agenda moral et civique qui accompagne de puissantes transformations. Dans un sens que l’on apprécie ou non.

 

Concrètement, c’est en matière d’éducation que les réformes sont allées le plus loin. Les principes de la Big Society se déclinent à travers le développement des « free schools » (sur un modèle suédois) et des « academies ». Traduire free school n’est pas compliqué. Ce sont des écoles libres. Dans le primaire comme dans le secondaire des groupes de parents, des groupes d’enseignants, des associations peuvent candidater auprès du Ministère. Agréées, ces écoles bénéficient de financements publics mais avec un niveau considérable d’autonomie : programme, pédagogie, recrutement des enseignants, rythmes scolaires. Dans le cas des academies, il s’agit d’écoles traditionnelles qui donnent au chef d’établissement une indépendance maximale afin de gommer les bureaucraties inutiles et s’adjoindre le soutien de sponsors privés. Actuellement on trouve quelques dizaines de milliers d’élèves dans les free schools mais plus de deux millions dans les academies. L’autonomie est largement en marche.

 

Mais peut-on vraiment s’inspirer d’une telle orientation en France ? Les Anglais veulent répondre, avec leur « Big Society », à ce qu’ils appellent la « société brisée. C’est ce que les Français peuvent appeler leur « société de défiance »). Toute transposition directe de cette mise en avant de la société providence par rapport à l’État providence serait bien entendu malaisée. Les contraintes, dettes, déficits, traditions publics ne sont pas les mêmes. Au fond, on ne peut certainement pas importer la « Big Society » tout comme on ne pouvait pas importer la « troisième voie » de Tony Blair. Mais il peut être loisible de s’inspirer des Britanniques qui savent trouver des expressions constituant des fils directeurs d’une politique. Ce serait bienvenu. Et, avec la mise en avant de la société, ce serait même un retour aux sources. Rappelons-nous, il y a maintenant plus de 40 ans, Jacques Chaban-Delmas parlait lui, avec Jacques Delors, de « Nouvelle Société ». La mise en avant de la société est toujours source de volontarisme.

 

 

 Inscrivez-vous au flux RSS

Cet article a 0 Commentaire

Réagir

Vous devez être enregistréPour laisser un commentaire