“Stigmatisation : ça suffit !”, Actualités sociales hebdomadaires, n° 2816, 28 juin 2013.

« Il ne faut pas stigmatiser ! ». « Vous stigmatisez ! ». « Je ne saurais stigmatiser tel ou telle ! ». Nos colonnes et discours sont remplis de ces interdictions, accusations et affirmations. Mais de quoi parle-t-on ? L’invitation systématique à la non-stigmatisation et la condamnation de toute forme de propos supposé stigmatisant ont envahi, en quelques années, les débats. Il est pourtant bien difficile de voir de quoi l’on traite. On devine aisément que stigmatiser ce n’est pas bien. Et que ceux qui stigmatisent, ou plutôt ceux dont on dit qu’ils stigmatisent, ne sont pas gentils.

On sait depuis Jésus-Christ (au moins) ce que sont des stigmates. À étymologie claire (du latin stigma, emprunté du grec ancien pour « piqûre » et, par extension, « marque au fer que l’on faisait aux esclaves »), le vocabulaire n’est pas neuf. Mais son emploi s’est considérablement répandu et étendu. Le mot même de « stigmatisation » et la ferme invitation, sonnant souvent comme un ordre de se taire et/ou de s’excuser, à ne pas stigmatiser sont entrés dans la masse des expressions courantes, que tout un chacun peut employer et s’envoyer à la figure. En 1946, le quotidien Le Monde n’employait que 13 fois les termes relatifs à la stigmatisation (du mot lui-même, au verbe stigmatiser conjugué sous différentes formes). En 1990, on compte une centaine d’occurrences. Pour la période qui va de fin juin 2012 à fin juin 2013, on recense plus de 400 apparitions du vocabulaire de la stigmatisation. Ce succès n’est absolument pas imputable aux seules augmentations de pagination du quotidien du soir. Il est signe de l’acclimatation, a priori positive, d’une idée tolérante : il ne faut pas marquer au fer rouge (physiquement et moralement). Moins violemment, il s’agit de ne pas fustiger et discriminer à raison de caractéristiques (un handicap notamment) qui ne sauraient appeler un blâme. Mais l’usage généralisé de tels termes confine maintenant au ridicule, voire au lavage de cerveau.

Ainsi sont, depuis peu, érigés quasi systématiquement en « stigmatisés » (c’est-à-dire comme portant, métaphoriquement, sur eux ou en eux des marques semblables aux plaies du Christ) tous les pauvres, immigrés, défavorisés, chômeurs, relégués. En un mot comme en cent tous les « sans » seraient les grands « stigmatisés » d’un monde contemporain qui, pourtant, n’a jamais été aussi compréhensif et généreux (si on considère le temps long).

Le principal introducteur du thème de la stigmatisation, après Jésus (volens nolens), est certainement Erving Goffman (1922-1982). Référence obligée du travail social, le sociologue a notamment produit, en 1963, un beau et puissant livre sur le stigmate et « les usages sociaux des handicaps ». Il y formalise une théorie du classement et de la désignation, assise sur une conceptualisation de l’identité des individus. Ces derniers ont des attributs (taille, âge, revenus, goûts, couleur, problèmes sociaux, etc.) qui, selon les époques ou les contextes, sont érigés en traits qui discréditent. Il en va d’infirmités comme de métiers.

Goffman met en lumière des processus permanents, et dans certains cas violents, de redéfinition des identités. Il souligne les difficultés à gérer certaines rencontres, certains contacts. Les normaux et les stigmatisés partagent en effet des situations sociales. En présence de personnes en difficulté (handicapées, marginalisées) les relations de face-à-face sont particulièrement compliquées. Goffman a su décrire avec vigueur et rigueur le malaise dans la confrontation qui ressort de la négociation permanente des statuts marginalisés entre, d’un côté, des personnes qui désirent aider ou repousser et, de l’autre côté, des personnes à la recherche du maintien ou de la reconquête de la dignité.

Montrant que tous, toujours, nous manœuvrons pour gérer la déconsidération, le malaise, la faille ou le succès, Goffman n’est jamais monté sur ses grands chevaux pour dénoncer avec lyrisme des formes de stigmatisation généralisée. À l’inverse, il voyait même apparaître une certaine forme de « stigmaphilie » (l’expression est de lui) confinant à un « culte du stigmate » (idem) qui devient aujourd’hui confondant.

Ceux qui emploient maintenant à tout bout de champ la stigmatisation se discréditent. Et ils discréditent aussi le combat qu’ils veulent mener. Répéter à longueur de journée, comme dans un récital de Novlangue moderne, qu’« il ne faut pas stigmatiser » ne veut, en réalité, plus dire grand-chose. Sinon qu’il faut, sous peine d’être frappé d’infamie, s’abstenir de critiquer, de s’étonner, de raisonner. L’accusé en stigmatisation s’en retrouve stigmatisé. Une boucle, en quelque sorte, est bouclée. Concrètement, tout ceci amène à dire qu’il faut, autant que faire se peut, se défendre d’employer le vocabulaire à la mode. Et, si possible, savoir de quoi l’on parle et être capable de dialogue plutôt que d’imprécation. Pour finir, quelle solution ? Et bien il semblerait bienvenu de stigmatiser la stigmatisation. C’est, en tout cas, ce à quoi voudrait servir cette chronique.

 Inscrivez-vous au flux RSS

Cet article a 0 Commentaire

Réagir

Vous devez être enregistréPour laisser un commentaire